Ouvertures > Entrer dans le détail des faits > Le 8 et le 13 janvier 2005 à Gilgit et Skardu (Pakistan)    





Le 8 et le 13 janvier 2005 à Gilgit et Skardu (Pakistan)



En ce début d’année 2005, la révolte éclate une nouvelle fois dans la petite ville montagneuse de Gilgit, sept mois après l’attaque d’un centre d’entraînement de flics par des manifestants. Cette fois, c’est la tentative d’assassinat d’un leader chiite qui déclenche l’émotion. Le samedi 8 janvier 2005, Agha Ziauddin et ses gardes du corps sont la cible de coups de feu. Deux employés meurent, le chef n’est que blessé. Dès après l’embuscade, des centaines d’individus, présentés comme des supporters de Ziauddin, investissent la rue. Ils attaquent et mettent le feu à des bâtiments gouvernementaux, à des commerces ainsi qu’à des maisons. Des édifices publics et des dizaines de magasins sont incendiés de la sorte. La famille d’un « forrest officer » est tuée dans l’incendie de sa maison, le chef du département santé local succomberait à des tirs provenant de la foule qui le coince dans son bureau. Au total, quatorze personnes feraient les frais de la colère des manifestants. Ces derniers bloquent également des routes, et la dépêche d’Associated Press du 8 janvier parle d’affrontements entre « musulmans chiites et sunnites ».

Pour décrire les pauvres qui passent à l’attaque à la suite de l’agression du responsable chiite, les articles relevés divergent quelque peu. Pour certains il s’agit d’une foule, pour d’autres il est question de petits groupes. Chacun s’entend par contre pour les considérer comme chiites et pour qualifier en conséquence leurs cibles de sunnites, des commerces cassés au médecin tué. L’utilisation d’armes à feu, rapportée par des témoignages d’habitants ayant entendu des coups de feu sans savoir ce qui se passait, pourrait tendre à davantage accréditer l’interprétation journalistique que celle que nous ferions à partir de la seule liste des cibles visées. L’événement a lieu au cœur d’un conflit préexistant, et des membres armés des groupes chiites semblent y prendre part, on peut soupçonner de ce fait un possible encadrement des émeutiers, qui par conséquent n’en seraient pas vraiment. D’un autre côté, le déchaînement violent, et sur une seule journée, de « centaines » de gueux doit tout de même être perçu dans ce qu’il a d’exceptionnel, avec donc la probable perte de contrôle d’un éventuel encadrement : représentations de l’Etat comme marchandises sont attaquées.

Le jour même, les autorités instaurent un couvre-feu permanent, et le lendemain ce sont des contingents de l’armée qui patrouillent dans la ville.

Le jeudi 13 janvier 2005, la mort de Ziauddin entraîne de nouveau la descente de gueux dans les rues. Cette fois, c’est dans celles de Skardu, ville de 60 000 habitants située plus au sud, que des « centaines de musulmans chiites » expriment leur colère. Comme à Gilgit, commerces et habitations sont attaquées, et chacun de ces biens est désigné comme étant la propriété de sunnites. Un séminaire sunnite est incendié et les bureaux de la compagnie aérienne pakistanaise sont saccagés. Couvre-feu et renforts militaires paraissent avoir raison des troubles. Il s’agit d’un type de couvre-feu très dissuasif, quiconque est surpris en train de l’enfreindre est tiré à vue. Ce qui arrive au moins à une personne abattue le lendemain de son instauration.

Le vendredi 14 janvier, ont lieu les funérailles de Ziauddin. Les instances chiites ont appelé à manifester au niveau national pour presser l’Etat de retrouver tous les auteurs de l’attentat, qui n’est toujours pas revendiqué. Plus beaucoup d’infos ne parviennent de Skardu, l’ensemble des lignes téléphoniques ayant été momentanément coupé, possiblement pour les besoins de la répression ou parce que l’émeute continue, ce que rapporte un gestionnaire local sous couvert d’anonymat. A Islamabad, 200 manifestants présentés comme des étudiants chiites, et qui le paraissent effectivement, s’affrontent quelques instants avec les flics. A Lahore, une manifestation plus conséquente de 600 personnes s’en prend au club de la presse. Le bâtiment est caillassé, cinq journalistes sont blessés et plusieurs véhicules vandalisés. Entre 40 et 200 manifestants seraient arrêtés. D’après un article de Reporters sans frontières trouvé au moment de la rédaction de ce compte-rendu, il s’agirait d’une simple descente punitive d’une organisation étudiante chiite sur la maison des journalistes. Les jeunes militants reprochant « aux médias de ne pas accorder une couverture suffisante à l’événement ».

Les deux possibles journées d’émeutes sont donc celles du 8 à Gilgit et du 13 à Skardu. Elles ont, comme c’est maintenant quasi-systématiquement le cas au Pakistan, un attentat non revendiqué pour déclencheur. Il reste difficile ensuite, à partir des descriptifs succincts des faits négatifs eux-mêmes, de saisir la réelle potentialité de ces événements, rupture significative pour ceux qui les ont commis, ou interstice furtif absorbé dans l’énième épisode de l’obscur conflit sectaire.




Première rédaction en décembre 2006, révisé pour publication en décembre 2007


Documents utilisés :

05-01-08 - AP Yahoo! Actualités -- Dix morts dans des violences religieuses dans le nord du Pakistan
05-01-08 - Dawn -- 11 killed in Gilgit violence
05-01-08 - IOL -- Pakistan imposes curfew after sectarian riots
05-01-09 - CNN -- Riots in north Pakistan kill 14
05-01-11 - AFP Yahoo! News -- Relatives bury Pakistan riot victims amid curfew
05-01-12 - Dawn -- PESHAWAR: Compensation for victims demanded
05-01-13 - AP Yahoo! Actualités -- Couvre-feu imposé dans une deuxième ville pakistanaise à la suite de violences sectaires
05-01-14 - Al Jazeera -- Fresh riots rock Pakistan
05-01-14 - Al Jazeera -- Pakistan Shia protest as leader buried
05-01-14 - Bahrain Tribune -- Situation worsens as injured preacher dies
05-01-16 - The News -- A crisis of governance
05-01-18 - Dawn -- Tribunal set up to probe Gilgit incident
05-01-19 - RSF -- Dix journalistes blessés au cours de l’attaque du Club de la presse de Lahore
05-01-21 - Dawn -- Curfew relaxed in Gilgit; 70 held




    Le 8 et le 13 janvier 2005 à Gilgit et Skardu (Pakistan)

<- ... ->
Invitations au Débat sur la Totalité