Ouvertures > Entrer dans le détail des faits > Du 11 au 13 mai 2005 en Afghanistan    





Du 11 au 13 mai 2005 en Afghanistan



Le 9 mai 2005, l’hebdomadaire américain Newsweek révèle les méthodes employées durant les interrogatoires des détenus dans le néo-goulag américain de Guantánamo. Il serait imposé à des prisonniers musulmans la vue du Coran posé sur des chiottes, et, au moins une fois, le livre sacré – sa copie du moins, comme le précisent certains journalistes – aurait été plongé dans la cuvette, il serait même possible qu’on ait tiré la chasse. La nouvelle n’a pas immédiatement un grand retentissement, moins en tout cas que la diffusion des photos des tortures organisées par les gardiens américains de la prison d’Abu Graïb un an auparavant. Cependant, le mardi 10 mai à Jalalabad dans l’est de l’Afghanistan, alors que les journaux afghans ont relaté les humiliations infligées à Cuba, 2 000 étudiants entreprennent la traditionnelle protestation anti-américaine avec effigie de Bush brûlée et drapeaux américains piétinés. Au Pakistan, de telles manifestations auraient également lieu. Dans la ville afghane proche de la frontière pakistanaise, les événements vont prendre, entre le 10 et le 11 mai, une tournure exceptionnelle. Le mercredi, les étudiants sont rejoints par des habitants « quelconques » (« ordinary residents »), ce qui grossit le nombre des protestataires. Ils seraient entre 5 000 et 10 000 à parcourir les rues de la ville en scandant « death to America ».

La situation va alors passer de la manifestation vigoureuse à l’émeute, sans que l’on sache précisément ce qui crée ce passage. Des devantures de commerces sont éclatées, les premières voitures sont saccagées. On se dirige ensuite vers les bâtiments officiels et vers les installations occidentales. Sur le trajet, un convoi de soldats américains est caillassé, ceux-ci ne feraient alors que tirer en l’air avant de quitter les lieux. On ne sait à quel moment flics afghans et militaires US commencent à faire feu sur la foule ; quand elle devient immaîtrisable d’après les informateurs. Ce qui semble être assez rapidement le cas. Plusieurs bâtiments sont assaillis, cibles de pierres, saccagés, ou brûlés suivant la protection dont ils disposent : deux locaux de l’ONU, le consulat pakistanais, la maison du consul, une association humanitaire suédoise, un bureau du gouvernement, la chaîne de télévision et de radio locale, le ministère de la condition féminine, la commission électorale afghane, des hôtels, plusieurs missions diplomatiques, sont ainsi visés. Des boutiques sont pillées, des bureaux gouvernementaux incendiés. « "Police had to open fire on the protesters, they were destroying the city," provincial police chief Hazrat Ali told Reuters ». Les flics sont épaulés par une « Provincial reconstruction team » américaine [1] : au moins quatre émeutiers sont tués, plus de 70 personnes seraient blessées dont six flics. Aucun employé onusien ni humanitaire ne serait touché, ce qui laisse penser que les gueux ont concentré leur attaque sur les représentations matérielles et sur les flics américains ou afghans.

Dans l’après-midi, la répression a raison de l’émeute. Le calme revient, accompagné tout de même de renforts de flics.

Si des manifestations se sont déroulées ce même jour dans plusieurs provinces du pays, il semble que seule celle de Jalalabad ait donné lieu à une telle offensive. Le lendemain par contre, d’autres localités de l’Est connaissent à leur tour des troubles. Dans la province du Wardak, plus exactement dans le district de Chak (ou Shaq), des manifestants incendient le « bureau de la police » et celui du « gouvernement de la province ». Un dépôt de munitions y passe également, son explosion ferait un mort. Dans le district de Khogyani, deux ou trois « manifestants », armés d’après le chef de la police, seraient tués lors d’une fusillade avec les flics alors que ces derniers tentent de les empêcher de se rendre à Jalalabad. Selon les propos d’un villageois, les manifestants, effectivement armés, n’auraient pas ouvert le feu. Dans la province du Logar, des organisations humanitaires sont attaquées par des « étudiants ». Les autres manifestations, qui se multiplient à travers le pays, se passeraient dans un relatif calme.

L’offensive gueuse est traitée au seul regard de son déclencheur par l’information, ce qui lui vaut une couverture importante pour la réduire à ce à quoi voudraient la cantonner les conservateurs de ce monde : l’indignation de dévots excessifs. Les garants du faux débat donnent de la voix pour couvrir le début de mise en doute des pauvres en rupture : gestionnaires américains certifient garantir le respect de toutes les religions et affirment leur volonté d’ouvrir une enquête sur le possible blasphème de Guantánamo, représentants musulmans expriment quant à eux leurs inquiétudes et leurs indignations, également au sujet de l’odieux sacrilège. Le vendredi 13, l’apparente extension de la colère à « d’autres pays musulmans » n’est en fait que l’effet pratique de l’interprétation causale assénée par le discours dominant. Des centaines de manifestants indonésiens qui demanderaient des excuses aux Etats-Unis, des centaines voire des milliers qui brûlent des drapeaux en Palestine, des imams qui protestent en Iraq, l’Arabie Saoudite qui demande, la Libye qui dénonce, et voilà l’artificielle et prévisible grogne de l’inévitable « monde musulman » chargée de recouvrir et d’assujettir la fureur des émeutiers de l’Est afghan.

Ce même vendredi en Afghanistan, l’agitation gagne le Nord-Est. A Baharak, au sud de Faizabad (ou à Faizabad même, les articles divergent), les esprits s’échauffent après la prière. Trois organisations humanitaires sont attaquées, l’une au moins est pillée et brûlée. Les manifestants, au nombre de 1 500, et dont certains seraient armés et masqués, s’affrontent avec les flics. Trois manifestants sont tués, dix policiers blessés. A Ghazni, au sud de Kaboul, des protestataires se battent avec les flics après avoir tenté de mettre à sac les bureaux du gouvernement, et avoir jeté des pierres sur la résidence du gouverneur ainsi que sur un poste de police. Trois « civils » et un flic sont tués, certaines sources parlent de la mort d’au moins quatre flics. A Bakhtar (ou Bakhtara), l’armée afghane tire sur les habitants « to quell a riot ». Plusieurs manifestants seraient tués. A Qala-e-Naw, à l’autre bout du pays près d’Herat, une dépêche AP rapporte sans ironie que les flics qui tiraient en l’air pour disperser une foule ont tué un manifestant. A Gardez, des affrontements contre la police feraient un mort et plusieurs blessés, des vitrines et des voitures y sont vandalisées.

Il n’est pas fait état de nouveaux troubles pour la journée du samedi. Il est probable que la répression ait été plus forte encore que ce que laisse entrevoir le nombre de morts et de blessés rendu public. Il est également fort possible que l’évacuation des occidentaux ait été accompagnée du départ des journalistes, et que pour cette raison la continuation des troubles soit restée dans l’ombre.


Si les cibles de l’émeute, pour ce qui concerne les bâtiments publics et onusiens, sont pour la plupart les mêmes que celles visées habituellement par les talibans dans cette région du sud-est qui paraît leur bastion (au cours des semaines précédentes, les combats se sont intensifiés avec les troupes américaines et afghanes, les talibans auraient également tué trois employés d’une ONG), il semble plus que difficile de leur en attribuer pour autant la paternité. Tout comme il paraît difficile de l’attribuer à quelque organisateur que ce soit, ce que font pourtant les gestionnaires afghans et certains analystes et journalistes qui dirigent leurs soupçons vers les services secrets pakistanais. La dévastation de Jalalabad par des milliers de personnes le 11 n’a plus rien à voir avec la pauvre protestation étudiante du 10 qui, elle, à première vue, peut bien être effectivement le fruit d’une organisation islamiste quelconque. Car au cours de cette journée du mercredi, on sent bien que plus personne n’est aux commandes, ne serait-ce qu’au vu de la diversité des édifices attaqués. Que quelques intrigants aient monté en épingle la nouvelle de Newsweek, c’est une chose, qu’ils aient prévu qu’une foule de 10 000 personnes détruirait voitures et boutiques, et qu’elle pillerait ces dernières, ç’en est une autre. 

Ensuite, avec l’évolution de l’événement les jours suivants, et à cause de la forte répression de Jalalabad, les faits ne sont plus aussi lisibles. L’émeute du 11 n’est pas réprimée par une unité spécialisée dans ce genre de situation, les flics afghans et les soldats américains tirent à balles réelles, en l’air peut-être au début, puis rapidement à hauteur d’homme. Les troubles du 12 et 13 sont toujours décrits comme des manifestations, leurs auteurs comme des manifestants. Si certains sont armés, cela ne signifie pas, dans un pays comme l’Afghanistan où la possession d’armes est répandue, qu’ils appartiennent à un groupe armé organisé. Face aux fusillades du 11, il semble logique que les gueux des alentours n’aient pas souhaité s’affronter les mains nues aux meurtriers de leurs voisins.

De plus, la contagion au Nord-Est, où en septembre 2004 des révoltés avaient déjà attaqué des installations humanitaires [2], empêche de limiter l’insoumission à ces « conservatives towns » du Sud-Est, et à leurs dites sympathies talibanes. La colère qui explose ici et là, qui se dissémine, ne se laisse pas enfermer si simplement dans les contextes et les particularités locales. C’est d’ailleurs dans le Nord-Est que le dimanche 15, pour ramener tout ce beau monde dans leur giron, « 500 membres du clergé musulman et chefs tribaux se réunissent pour exiger que les Etats-Unis ouvrent une enquête sur les allégations de profanation du Coran dans le camp-prison américain de Guantanamo, à Cuba, selon l’un des participants. »
 

L’information dominante saura, mieux que les débordés gestionnaires afghans qui crient au complot, créer la diversion adéquate en renvoyant les faits au contexte international préfabriqué, en les associant à ce qui paraît en être le motif : la « profanation » du Coran à Guantánamo. Alors que plusieurs observateurs sur place s’accordent pour reconnaître qu’il n’est plus seulement question du Coran, mais qu’il s’agit bien davantage selon eux d’un prétexte surgi là pour exprimer une colère, en premier lieu contre l’occupation américaine et les méthodes policières brutales et arbitraires qui l’accompagnent, c’est le virtuel « monde musulman » qui est convoqué avec ses pseudos représentants. Newsweek renie finalement son article et présente ses excuses, tandis que le pentagone, qui réfute l’article, annonce publiquement l’ouverture d’une enquête qui, prenant le blasphème à la lettre, affirmera qu’apparemment ce seraient les détenus eux-mêmes qui profanent leur livre sacré en s’en servant comme oreiller !




1. Constituées de civils et de militaires, les PRT sont des sortes de polices de proximité à la mode US.
2. Cf. Le 7 septembre 2004 à Faizabad et Le 12 septembre 2004 à Herat.



Première rédaction en décembre 2006, révisé pour publication en janvier 2008


Documents utilisés :

05-05-11 - AFP Yahoo! Actualités -- Afghanistan : Karzaï à Bruxelles, trois morts dans une manifestation antiaméricaine à Jalalabad
05-05-11 - All Headline News -- At Least Three Dead, 60 Injured In Afghan Religious Riots
05-05-11 - AP Yahoo! Actualités -- Manifestation anti-américaine à Jalalabad : quatre morts et 71 blessés
05-05-11 - Canada.com network -- 4 killed, scores wounded as police fire on anti-U.S. protesters in Afghanistan
05-05-11 - El Tiempo -- Cuatro muertos y 70 heridos en manifestación contra Estados Unidos en Afganistán
05-05-11 - Radio Canada -- Afghanistan: la profanation de corans provoque des émeutes
05-05-11 - Reuters -- Afghans riot over Koran report, 4 dead: official
05-05-11 - Swissinfo -- Afghans riot over Koran report, four dead
05-05-12 - Abc.es -- Revuelta en Afganistán por profanaciones al Corán
05-05-12 - AFP Yahoo! Actualités -- Trois morts dans des manifestations antiaméricaines en Afghanistan
05-05-12 - AP Wire -- Afghans stage protests over Quran abuse
05-05-12 - Dawn -- Pakistani consulate torched by mob in Jalalabad
05-05-12 – Xinhua -- Protests over reported US Quran desecration spread in Afghan cities
05-05-12 - Le Monde -- Emeutes en Afghanistan après des accusations de profanation du Coran à Guantanamo
05-05-12 - Star-Telegram -- Anti-American riot rocks Jalalabad
05-05-13 - AFP Yahoo! Actualités -- Profanation présumée du Coran : mort d'émeutiers en Afghanistan, la colère s'étend
05-05-13 - AP Yahoo! Actualités -- Sept manifestants anti-américains et un policier tués en Afghanistan
05-05-13 - Bahrain Tribune -- Three killed as protests over Quran abuse spread
05-05-13 - Collective Bellaciao -- Worst anti-US protests spread across Afghanistan

05-05-13 - Houston Chronicle -- Muslims' anti-U.S. protests spread
05-05-13 - Khaleej Times -- Three more die in fresh anti-US protests in Afghanistan
05-05-13 - The Scotsman -- Four Killed as ANTI-U.S. Protests Spread
05-05-14 - AFP Yahoo! Actualités -- Coran profané : accalmie en Afghanistan, Karzai accuse "les ennemis" du pays
05-05-14 - Estrella Digital -- Las protestas contra EEUU por profanar el Corán en Guantánamo se extienden por los países islámicos
05-05-14 - Hindustan Times -- Karzai plans administrative shake-up South Asia
05-05-14 - Kashar -- Three more killed as anti-US demos snowball
05-05-14 - Libération -- Guantanamo : le Coran de la colère
05-05-14 - Newsday -- More protests over Quran abuse
05-05-14 - The Washington Post Yahoo! News -- Afghan Protests Spread
05-05-15 - AP Yahoo! Actualités -- Mobilisation musulmane contre la profanation présumée du Coran à Guantanamo
05-05-16 - The Independent -- Karzai warns heavy-handed US troops as riots spread
05-05-16 - Newsday -- Story that sparked riots questioned
05-05-16 - The Australian -- Karzai in shake-up over riots
05-05-17 - Crosswalk --Deadly Riots Show Value of Religious Liberty, Experts Say
05-05-19 - Afgha.com -- Kaboul accuse des ''extrémistes'' liés aux Talibans
05-05-20 - Institute for War and Peace Reporting -- “Foreign Elements” Blamed for Riots
05-05-23 - New York Daily News -- Ignorance is true culprit in riots
05-05-30 - AFP Yahoo! News -- Two dead, 33 wounded in protests in northeast Afghanistan
05-05-31 - ABC News -- Two dead in Afghan protest





     Du 11 au 13 mai 2005 en Afghanistan

<- ... ->
Invitations au Débat sur la Totalité